Traître de classe



Traître de classe est un terme utilisé principalement dans le discours socialiste pour désigner un membre de la classe prolétarienne qui travaille directement ou indirectement contre leur intérêt de classe, ou ce qui est contre leur avantage économique par opposition à celui de la bourgeoisie . Cela s’applique particulièrement aux soldats, aux policiers, aux travailleurs qui refusent de respecter les lignes de piquetage lors d’une grève et qui, fondamentalement, paient un salaire qui facilite activement le statu quo.. Selon Barbara Ehrenreich: “La trahison de classe est une option à tous les niveaux socio-économiques: du col bleu qui devient un garde de sécurité employé pour harceler les grévistes, aux héritiers des fortunes capitalistes qui deviennent des donateurs pour des causes de gauche”. [1]

En Russie avant et pendant la révolution russe , les bolcheviks et d’autres organisations révolutionnaires socialistes l’utilisaient pour décrire l’ armée tsariste et, fondamentalement, tout citoyen de la classe ouvrière qui s’opposait directement à la « dictature du prolétariat ». Le terme a été étendu plus tard pour inclure les Russes menchéviks et d’autres organisations socialistes supposées contre-révolutionnaires sous Staline .

Les raisons de devenir un traître à sa classe peuvent inclure la nécessité de la survie (prendre n’importe quel salaire est disponible), la croyance que la personne est d’une classe supérieure et a donc des opinions politiques qui travaillent contre la classe ouvrière, la pression de la conformité ou un rejet de l’idée que la société est divisée en classes antagonistes.

Voir aussi

  • Lutte des classes
  • La fausse conscience

Références

  1. Aller en haut^ Ehrenreich, Bárbara (1989). Peur de tomber: la vie intérieure de la classe moyenne . p. 154.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *