Internationalisme (politique)



L’internationalisme est un principe politique qui transcende le nationalisme et préconise une plus grande coopération politique ou économique entre les nations et les peuples. [1]

Les partisans de ce principe sont qualifiés d’internationalistes et croient généralement que les peuples du monde devraient s’unir au-delà des frontières nationales, politiques, culturelles, raciales ou de classe pour faire avancer leurs intérêts communs, ou que les gouvernements du monde devraient coopérer les intérêts mutuels à long terme sont plus importants que leurs différends à court terme.

L’internationalisme est, en général, opposé au nationalisme , au chauvinisme ou au chauvinisme et à la guerre [2], et les partisans de l’une quelconque des quatre Internationalisations et organisations socialistes telles que les Nations Unies ou le Mouvement Fédéraliste Mondial .

Origines

Au Royaume – Uni, au XIXe siècle, il y avait un courant libéral internationaliste de la pensée politique incarné par Richard Cobden et John Bright . Cobden et Bright étaient contre les lois protectionnistes de Corn et dans un discours à Covent Garden le 28 septembre 1843 Cobden a décrit sa marque utopique de l’internationalisme:

Libre-échange ! Qu’Est-ce que c’est? Pourquoi, briser les barrières qui séparent les nations; ces barrières derrière lesquelles nichent les sentiments de fierté , de vengeance , de haine et de jalousie, qui de temps en temps brisent leurs limites et inondent de sang des pays entiers … [1]

Cobden croyait que le libre-échange pacifierait le monde par l’ interdépendance , une idée également exprimée par Adam Smith dans sa Richesse des Nations et commune à de nombreux libéraux de l’époque. Une croyance dans l’idée de la loi morale et une bonté inhérente dans la nature humaine ont également inspiré leur foi dans l’internationalisme.

De telles conceptions «libérales» de l’internationalisme ont été durement critiquées par les socialistes et les radicaux de l’époque, qui ont souligné les liens entre la concurrence économique mondiale et l’impérialisme, et ont identifié cette compétition comme une cause fondamentale des conflits mondiaux. L’une des premières organisations internationales au monde fut l’ International Workingmen’s Association , formée à Londres en 1864 par des militants politiques socialistes et communistes (dont Karl Marx). Appelée Première Internationale, l’organisation était vouée à l’avancement des intérêts politiques de la classe ouvrière au-delà des frontières nationales et s’opposait directement aux tendances de l’internationalisme libéral qui prônaient le libre-échange et le capitalisme comme moyen de parvenir à la paix et à l’interdépendance mondiales.

D’ autres organisations internationales notamment l’ Union interparlementaire , créée en 1889 par Frédéric Passy de France et William Randal Cremer du Royaume-Uni , et la Société des Nations, qui a été formé après la Première Guerre mondiale . Le premier était envisagé comme un forum permanent pour les négociations politiques multilatérales, tandis que le second visait à résoudre les problèmes de sécurité dans le monde par l’arbitrage et le dialogue internationaux.

JA Hobson , un libéral Gladstonien qui devint socialiste après la Grande Guerre , anticipa dans son livre Imperialism (1902) la croissance des tribunaux et des congrès internationaux qui, espérons-le, régleraient pacifiquement les différends internationaux entre les nations. Sir Norman Angell dans son ouvrage The Great Illusion (1910) affirmait que le monde était uni par le commerce, la finance, l’industrie et les communications et que par conséquent le nationalisme était un anachronisme et que la guerre ne profiterait à personne.

Lord Lothian était un internationaliste et un impérialiste qui, en décembre 1914, espérait: … la fédération volontaire des nations civilisées libres qui exorciseront finalement le spectre des armements compétitifs et donneront une paix durable à l’humanité. [3]

En septembre 1915, il pensait que l’ Empire britannique était «l’exemple parfait du futur Commonwealth » [4].

L’internationalisme s’exprime en Grande-Bretagne grâce à l’approbation de la Société des Nations par des personnalités telles que Gilbert Murray . Le Parti libéral et surtout le Parti travailliste avaient d’éminents membres internationalistes, comme le premier ministre travailliste Ramsay Macdonald qui croyait que «notre véritable nationalité est l’humanité» [5]

Le socialisme

L’ internationalisme est une composante importante de la socialiste théorie politique, [6] [7] basé sur le principe selon lequel les gens de la classe ouvrière de tous les pays doivent unir au- delà des frontières nationales et s’opposer activement le nationalisme et la guerre pour renverser le capitalisme [8] (voir l’ entrée sur l’internationalisme prolétarien ). En ce sens, la conception socialiste de l’internationalisme est étroitement liée au concept de solidarité internationale .

Des penseurs socialistes comme Karl Marx , Friedrich Engels et Vladimir Lénine soutiennent que la classe économique, plutôt que la nationalité, la race ou la culture, est la principale force qui divise les gens dans la société, et que l’idéologie nationaliste est un outil de propagande économique dominante. classe. Dans cette perspective, il est dans l’intérêt de la classe dirigeante de promouvoir le nationalisme afin de cacher les conflits de classe inhérents à une société donnée (comme l’ exploitation des travailleurs par les capitalistes pour le profit). Par conséquent, les socialistes considèrent le nationalisme comme une forme de contrôle idéologique découlant du mode de production économique donné par une société (voir l’ idéologie dominante ).

Depuis le 19ème siècle, les organisations politiques socialistes et les syndicats radicaux tels que les Industriels du Monde ont promu les idéologies internationalistes et cherché à organiser les travailleurs à travers les frontières nationales pour améliorer les conditions du travail et faire avancer diverses formes de démocratie industrielle . La Première , la Deuxième , la Troisième et la Quatrième Internationale étaient des groupements politiques socialistes qui cherchaient à faire progresser la révolution ouvrière à travers le monde et à réaliser le socialisme international (voir révolution mondiale ).

L’internationalisme socialiste est anti-impérialiste et soutient donc la libération des peuples de toutes les formes de colonialisme et de domination étrangère, et le droit des nations à l’autodétermination . Par conséquent, les socialistes se sont souvent alignés politiquement avec les mouvements d’indépendance anticoloniale et se sont activement opposés à l’exploitation d’un pays par un autre. [9]

Puisque la guerre est comprise dans la théorie socialiste comme un produit général des lois de la concurrence économique inhérente au capitalisme (c.-à-d. Concurrence entre capitalistes et gouvernements nationaux respectifs pour les ressources naturelles et la domination économique), idéologies libérales qui favorisent le capitalisme international. “même s’ils parlent parfois positivement de la coopération internationale, ils sont, du point de vue socialiste, enracinés dans les forces économiques mêmes qui sont à l’origine des conflits mondiaux. Dans la théorie socialiste, la paix mondiale ne peut venir qu’une fois que la compétition économique a pris fin et que les divisions de classes au sein de la société ont cessé d’exister. Cette idée a été exprimée en 1848 par Karl Marx et Friedrich Engels dans The Manifesto Communiste :

«A mesure qu’on mettra aussi un terme à l’exploitation d’un individu par un autre, on mettra aussi un terme à l’exploitation d’une nation par une autre: à mesure que l’antagonisme entre les classes à l’intérieur de la nation s’évanouit, l’hostilité nation à l’autre prendra fin. ” [dix]

L’idée a été réitérée plus tard par Lénine et avancée comme la politique officielle du parti bolchevik pendant la Première Guerre mondiale:

“Les socialistes ont toujours condamné la guerre entre les nations comme barbare et brutale, mais notre attitude envers la guerre est fondamentalement différente de celle des pacifistes bourgeois (partisans et défenseurs de la paix) et des anarchistes. Nous savons que la guerre ne peut être abolie que si les classes sont abolies et si le socialisme est créé. [11]

L’Association internationale des travailleurs

L’ International Workingmen’s Association , ou First International, était une organisation fondée en 1864, composée de divers radicaux de la classe ouvrière et de syndicalistes qui défendaient une idéologie du socialisme internationaliste et de l’anti-impérialisme. Des figures telles que Karl Marx et le révolutionnaire anarchiste Mikhail Bakounine joueraient des rôles importants dans la Première Internationale. L’ allocution inaugurale de la Première Internationale [2] , écrite par Marx en octobre 1864 et distribuée sous forme de brochure, contenait des appels à la coopération internationale entre travailleurs et des condamnations des politiques impérialistes d’agression nationale entreprises par les gouvernements européens:

«Si l’émancipation des classes ouvrières exige leur concours fraternel, comment remplir cette grande mission avec une politique étrangère à la poursuite des desseins criminels, en jouant sur les préjugés nationaux et en dilapidant dans les guerres pirates le sang et le trésor du peuple? [12]

Vers le milieu des années 1870, des divisions au sein de l’Internationale sur des questions tactiques et idéologiques conduiront à la disparition de l’organisation et ouvriront la voie à la formation de la Deuxième Internationale en 1889. Une faction, avec Marx comme figure de proue, soutient que travailler au sein des parlements afin de gagner la suprématie politique et créer un gouvernement ouvrier. L’autre faction majeure était les anarchistes , dirigés par Bakounine, qui considéraient toutes les institutions de l’Etat comme intrinsèquement oppressives, s’opposant ainsi à toute activité parlementaire et estimant que l’action des travailleurs devait viser la destruction totale de l’Etat.

L’Internationale Socialiste

L’Internationale Socialiste, connue sous le nom de Deuxième Internationale, a été fondée en 1889 après la désintégration de l’Association Internationale des Travailleurs. Contrairement à la Première Internationale, il s’agissait d’une fédération de partis politiques socialistes de différents pays, y compris des groupements réformistes et révolutionnaires. Les partis de la Deuxième Internationale ont été les premiers partis socialistes à gagner un soutien de masse parmi la classe ouvrière et à avoir des représentants élus aux parlements. Ces partis, tels que le parti travailliste social-démocrate allemand, ont été les premiers partis socialistes de l’histoire à émerger comme des acteurs politiques sérieux sur la scène parlementaire, gagnant souvent des millions de membres.

Ostensiblement engagé dans la paix et l’anti-impérialisme, le Congrès socialiste international a tenu sa dernière réunion à Bâle, en Suisse, en 1912, en prévision du déclenchement de la Première Guerre mondiale. Le manifeste adopté au Congrès soulignait l’opposition de la Deuxième Internationale à la guerre et ses engagement à une résolution rapide et pacifique:

“Si une guerre menace d’éclater, il est du devoir des classes ouvrières et de leurs représentants parlementaires dans les pays concernés, soutenus par l’activité de coordination du Bureau Socialiste International, de déployer tous les efforts possibles pour empêcher le déclenchement de la guerre par les moyens ils sont considérés comme les plus efficaces, qui varient naturellement en fonction de l’aggravation de la lutte des classes et de l’aggravation de la situation politique générale: au cas où la guerre éclaterait, il est de leur devoir d’intervenir rapidement et avec tous leurs pouvoirs. utiliser la crise économique et politique créée par la guerre pour éveiller le peuple et hâter ainsi la chute du régime de classe capitaliste. ” [13]

Malgré cela, lorsque la guerre a commencé en 1914, la majorité des partis socialistes de l’Internationale se sont tournés et se sont rangés du côté de leurs gouvernements respectifs dans l’effort de guerre, trahissant leurs valeurs internationalistes et conduisant à la dissolution de la Deuxième Internationale. Cette trahison a conduit les quelques délégués anti-guerre laissés dans la Deuxième Internationale à organiser la Conférence Socialiste Internationale à Zimmerwald, en Suisse.en 1915. Connue sous le nom de Conférence de Zimmerwald, elle avait pour but de formuler une plate-forme d’opposition à la guerre. La conférence a été incapable de parvenir à un accord sur tous les points, mais a finalement été en mesure de publier le Manifeste de Zimmerwald, qui a été rédigé par Leon Trotsky. Les délégués les plus gauchistes et les plus internationalistes de la conférence étaient organisés autour de Lénine et des sociaux-démocrates russes, connus sous le nom de gauche de Zimmerwald.. Ils condamnent avec amertume la guerre et ce qu’ils décrivent comme les «social-chauvins» hypocrites de la Deuxième Internationale, qui abandonnent si vite leurs principes internationalistes et refusent de s’opposer à la guerre. Les résolutions de la gauche de Zimmerwald invitaient tous les socialistes engagés dans les principes internationalistes du socialisme à lutter contre la guerre et à s’engager dans la révolution ouvrière internationale. [14]

La trahison des sociaux-démocrates et l’organisation de la gauche de Zimmerwald ouvriront finalement la voie à l’émergence des premiers partis communistes modernes et à la formation de la Troisième Internationale en 1919 [15].

L’Internationale communiste

L’Internationale Communiste, également connue sous le nom de Comintern ou de la Troisième Internationale, a été créée en 1919 à la suite de la révolution russe , de la fin de la première guerre mondiale et de la dissolution de la Deuxième Internationale. C’était une association de partis politiques communistes du monde entier dédiés à l’internationalisme prolétarien et au renversement révolutionnaire de la bourgeoisie mondiale. Le Manifeste de l’Internationale communiste , écrit par Léon Trotsky , décrit l’orientation politique de l’Internationale comme «contre la barbarie impérialiste, contre la monarchie, contre les domaines privilégiés, contre l’Etat bourgeois et la propriété bourgeoise, contre toutes sortes et classes de classes ou nationales». oppression”. [16]

La Quatrième Internationale

Le quatrième et dernier international socialiste a été fondé par Leon Trotsky et ses partisans en 1938 en opposition à la Troisième Internationale et la direction prise par l’URSS sous la direction de Joseph Staline. La IVe Internationale se déclarait le véritable successeur idéologique du Comintern originaire de Lénine, portant la bannière de l’internationalisme prolétarien abandonné par le Komintern de Staline. Diverses organisations politiques de gauche toujours actives prétendent être les successeurs contemporains de la Quatrième Internationale de Trotsky.

Expression moderne

L’internationalisme est le plus souvent exprimé comme une appréciation des diverses cultures du monde et un désir de paix dans le monde . Les gens qui expriment ce point de vue croient non seulement en tant que citoyens de leurs pays respectifs, mais aussi en tant que citoyens du monde . Les internationalistes se sentent obligés d’aider le monde par le leadership et la charité.

Les internationalistes préconisent également la présence d’organisations internationales, telles que les Nations Unies , et soutiennent souvent une forme plus forte de gouvernement mondial.

Ont contribué à la version actuelle de l’ internationalisme comprennent Albert Einstein , qui a cru en un gouvernement mondial, et a classé les sottises du nationalisme comme une « maladie infantile ». [17] Inversement, d’autres internationalistes comme Christian Lange [18] et Rebecca West [19] saw little conflict between holding nationalist and internationalist positions.

Organisations internationales et internationalisme

Pour que les organisations intergouvernementales et internationales non gouvernementales émergent, les nations et les peuples doivent être conscients qu’ils partagent certains intérêts et objectifs au-delà des frontières nationales et mieux résoudre leurs nombreux problèmes en mettant en commun leurs ressources et en instaurant une coopération transnationale plutôt que grâce aux efforts unilatéraux de chaque pays. Une telle vision, une telle conscience globale, peut être appelée internationalisme, l’idée que les nations et les peuples devraient coopérer au lieu de se préoccuper de leurs intérêts nationaux respectifs ou de poursuivre des approches non coordonnées pour les promouvoir. [20]

L’équilibre entre les nations souveraines et les puissances supranationales

L’internationalisme, au sens strict du terme, repose toujours sur l’existence de nations souveraines . Ses objectifs sont d’encourager le multilatéralisme (leadership mondial non détenu par un seul pays) et de créer une certaine interdépendance formelle et informelle entre les pays, avec des pouvoirs supranationaux limités donnés aux organisations internationales contrôlées par ces nations via des traités et institutions intergouvernementaux .

L’idéal de nombreux internationalistes, parmi lesquels des citoyens du monde , est de faire un pas de plus vers la mondialisation démocratique en créant un gouvernement mondial . Cependant, cette idée est opposé et / ou contrecarrée par d’ autres internationalistes, qui croient tout organisme du gouvernement mondial serait par nature trop puissant pour être digne de confiance, ou parce qu’ils n’aiment le chemin pris par des entités supranationales telles que l’ Organisation des Nations Unies ou de l’ Union européenne et de la peur qu’un gouvernement mondial enclin au fascisme émergerait du premier. Ces internationalistes sont plus enclins à soutenir une fédération mondiale lâche dans laquelle la plupart des pouvoirs appartiennent aux gouvernements nationaux.

Littérature et critique

Dans Jacques Derrida « le travail de 1993, Spectres de Marx : l’état de la dette, le travail de deuil national et la nouvelle Internationale , il utilise Shakespeare « s Hamlet pour encadrer une discussion sur l’histoire de l’Internationale, propose en fin de compte sa propre vision de une «nouvelle Internationale» moins dépendante des grandes organisations internationales. [21] Comme il le dit, la Nouvelle Internationale devrait être «sans statut … sans coordination, sans parti, sans pays, sans communauté nationale, sans co-citoyenneté, sans appartenance commune à une classe».

Grâce à l’utilisation de Hamlet par Derrida , il montre l’influence de Shakespeare sur le travail de Marx et Engel sur l’internationalisme. Dans son essai, “Big Leagues: Spectres de Milton et Justice internationale républicaine entre Shakespeare et Marx”, Christopher N. Warren fait valoir que le poète anglais John Milton a également eu une influence considérable sur le travail de Marx et Engel. [22] Paradise Lost , en particulier, montre « la possibilité d’actions politiques orientées vers la justice internationale fondée en dehors de l’ordre aristocratique ». [23] Marx et Engels, Warren prétend, ont compris le potentiel autonomisation des traditions républicaines Miltonic pour forger coalitions- internationale une leçon, peut-être, pour “The New International”.

Autres utilisations

  • Dans un sens moins restreint, «internationalisme» est un mot décrivant l’impulsion et la motivation de la création de toute organisation internationale . Le premier exemple d’internationalisme général serait la volonté de remplacer le système de mesure féodal par le système métrique , bien avant la création d’organisations internationales telles que la Cour mondiale , la Société des Nations et les Nations Unies .
  • En linguistique , un «internationalisme» est un mot d’emprunt qui, originaire d’une langue, a été emprunté par la plupart des autres langues. Des exemples de tels emprunts comprennent “OK”, ” microscope ” et ” tokamak “.

Voir aussi

  • Anti-nationalism
  • Cosmopolitisme
  • Cross-culturalisme
  • Mouvement mondial des citoyens
  • Justice mondiale
  • Village global
  • Mondialisation
  • Panislamisme
  • Communauté internationale
  • Néoconservatisme
  • Transnationalisme
  • Nouveau internationaliste
  • Communauté mondiale
  • “Yank” Levy
  • Anti-impérialisme
  • Association internationale des travailleurs
  • Deuxième Internationale
  • Internationale communiste
  • Quatrième Internationale

Références

  1. Jump up^ “L’internationalisme est … décrit comme la théorie et la pratique de la coopération transnationale ou globale.En tant qu’idéal politique, il repose sur la conviction que le nationalisme devrait être transcendé parce que les liens qui lient les peuples des différentes nations sont plus forts que ceux qui les séparent. ” ND Arora,Science politique, Éducation McGraw-Hill. ISBN 0-07-107478-3, (p.2).
  2. Jump up^ Hans Morgenthau, Lapolitique entre les nations, cinquième édition, 1980, chapitre sur l’internationalisme et le droit international.
  3. Jump up^ JRM Butler,Lord Lothian 1882-1940(Macmillan, 1960), p. 56.
  4. Jump up^ JRM Butler,Lord Lothian 1882-1940(Macmillan, 1960), p. 57
  5. Aller en haut^ Lord Vansittart,la Procession de Mist, p. 373
  6. Jump up^ “L’internationalisme est la base du socialisme, pas simplement ou principalement pour des raisons sentimentales, mais parce que le capitalisme a créé une économie mondiale qui ne peut être transformée qu’à l’échelle mondiale.” – Duncan Hallas. Le Komintern: “Introduction à l’édition de 1985”. Signets 1985.
  7. Jump up^ “Le caractère international de la révolution socialiste […] découle de l’état actuel de l’économie et de la structure sociale de l’humanité: l’internationalisme n’est pas un principe abstrait mais un reflet théorique et politique du caractère de l’économie mondiale; le développement mondial des forces productives et de l’échelle mondiale de la lutte des classes. ” – Leon Trotsky. La révolution permanente. 1931
  8. Sauter^ « Les communistes plus reprochaient de vouloir abolirpays etnationalité. Les hommestravaillent ont aucun pays. Nous ne pouvons pas prendre d’eux ce qu’ils n’ont pas …. l’action United [des travailleurs], des pays civilisés à c’est l’une des premières conditions de l’émancipation du prolétariat. ” – Karl Marx et Friedrich Engels. Le Manifeste Communiste. Chapitre 2: Prolétaires et communistes
  9. Sauter^ «autodétermination nationale est la même que la lutte pourlibération nationale complète, pourindépendance complète, contreannexion etsocialistes ne peuvent pas, sans cesser d’être socialistes-rejeter une telle lutte sous quelque forme, jusqu’au soulèvement ou guerre.” – VI Lénine. Une caricature du marxisme et de l’économisme impérialiste. 1916. Archive Internet Marxistes.
  10. Aller en haut^ Marx, Karl; Engels, Friedrich. “Le Manifeste Communiste: Prolétaires et Communistes” . Archive Internet Marxistes .
  11. Sautez^ Lénine, VI “Socialisme et Guerre” . Archive Internet Marxistes . Récupéré en 1915 . Vérifiez les valeurs de date dans:( aide ) |access-date=
  12. Aller en haut^ les immenses et immenses usurpations de cette puissance barbare, dont la tête est à Pétersbourg, et dont les mains sont dans tous les cabinets de l’Europe, ont enseigné aux classes ouvrières le devoir de maîtriser les mystères de la politique internationale; surveiller les actes diplomatiques de leurs gouvernements respectifs; les contrecarrer, si nécessaire, par tous les moyens en leur pouvoir; lorsqu’il est incapable d’empêcher, de combiner dans des dénonciations simultanées, et de justifier les lois simples ou la morale et la justice, qui devrait régir les relations des particuliers, comme les règles primordiales de la relation des nations. La lutte pour une telle politique étrangère fait partie de la lutte générale pour l’émancipation des classes laborieuses. »- Karl Marx. ont enseigné aux classes ouvrières le devoir de maîtriser les mystères de la politique internationale; surveiller les actes diplomatiques de leurs gouvernements respectifs; les contrecarrer, si nécessaire, par tous les moyens en leur pouvoir; lorsqu’il est incapable d’empêcher, de combiner dans des dénonciations simultanées, et de justifier les lois simples ou la morale et la justice, qui devrait régir les relations des particuliers, comme les règles primordiales de la relation des nations. La lutte pour une telle politique étrangère fait partie de la lutte générale pour l’émancipation des classes laborieuses. »- Karl Marx. ont enseigné aux classes ouvrières le devoir de maîtriser les mystères de la politique internationale; surveiller les actes diplomatiques de leurs gouvernements respectifs; les contrecarrer, si nécessaire, par tous les moyens en leur pouvoir; lorsqu’il est incapable d’empêcher, de combiner dans des dénonciations simultanées, et de justifier les lois simples ou la morale et la justice, qui devrait régir les relations des particuliers, comme les règles primordiales de la relation des nations. La lutte pour une telle politique étrangère fait partie de la lutte générale pour l’émancipation des classes laborieuses. »- Karl Marx. combiner dans des dénonciations simultanées, et défendre les lois simples ou la morale et la justice, qui devraient régir les relations des particuliers, comme les règles primordiales du commerce des nations. La lutte pour une telle politique étrangère fait partie de la lutte générale pour l’émancipation des classes laborieuses. »- Karl Marx. combiner dans des dénonciations simultanées, et défendre les lois simples ou la morale et la justice, qui devraient régir les relations des particuliers, comme les règles primordiales du commerce des nations. La lutte pour une telle politique étrangère fait partie de la lutte générale pour l’émancipation des classes laborieuses. »- Karl Marx.Discours inaugural de l’Association internationale des travailleurs . 1864
  13. Aller en haut^ Manifeste du congrès socialiste international à Bâle. 1912.https://www.marxists.org/history/international/social-democracy/1912/basel-manifesto.htm
  14. Jump up^ Conférence internationale socialiste à Zimmerwald. https://www.marxists.org/history/international/social-democracy/zimmerwald/index.htm
  15. Aller en haut^ La gauche de Zimmerwald. https://www.marxists.org/glossary/orgs/z/i.htm#zimmerwald-left
  16. Aller^ ^ https://www.marxists.org/archive/trotsky/1924/ffyci-1/ch01.htm
  17. Jump up^ Albert Einstein, Le monde tel que je le vois, 1934
  18. Aller de l’avant^ “” L’internationalisme … reconnaît, par son nom même, que les nations existent, il en limite simplement la portée plus que le nationalisme unilatéral. ” Lange cité dans Jay Nordlinger,Peace They Say: Une histoire du prix Nobel de la paix, le prix le plus célèbre et controversé dans le monde. Encounter Books, 2013.ISBN 1-59403-599-7(page 111).
  19. Jump up^ “La tradition européenne … dès le début a reconnu le nationalisme et l’internationalisme ne sont pas des oppositions irréconciliables mais des contrepoids qui peuvent maintenir les nations en équilibre”. Rebecca West, «La nécessité et la grandeur de l’idéal international», 1935. Reproduit dans Patrick Deane,Histoire dans nos mains: une anthologie critique d’écrits sur la littérature, la culture et la politique des années 1930.Londres, Leicester University Press, 1998.ISBN 978-0-7185-0143-3, (page 76).
  20. Sauter^ Iriye, Akira (2002). Communauté mondiale . Londres: University of California Press. pp. 9, 10.
  21. Aller^ Derrida, Jacques. Les Spectres de Marx, l’état de la dette, l’Œuvre de deuil, et la Nouvelle Internationale, traduit par Peggy Kamuf, Routledge, 1994.
  22. Sautez^ Warren, Christopher N (2016). “Grandes ligues: Spectres de Milton et de la justice internationale républicaine entre Shakespeare et Marx.”Humanité: une revue internationale des droits de l’homme, de l’humanitarisme et du développement, vol. 7.
  23. Sautez^ Warren, Christopher N (2016). “Grandes ligues: Spectres de Milton et de la justice internationale républicaine entre Shakespeare et Marx.”Humanité: une revue internationale des droits de l’homme, de l’humanitarisme et du développement, vol. 7. Pg. 380.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *