Échec du bâtiment du service culturel américain de Busan



L’attentat criminel de Busan de 1982ouAccident de feu du Conseil américain de Busan(Hangeul:Hanja: 美 文化 院 放火 放火) étaitanti-américain.attaque contre lebâtiment duService d’information des États-UnisàBusanle 18 mars 1982. L’attaque a entraîné la mort d’unétudiant de l’Université Dong-aqui étudiait dans le bâtiment; 3 autres ont été blessés. [1]

Aftermath

En juin 1982, 16 personnes ont été jugées à Busan pour avoir participé à l’attaque. Moon Pu Shik (23 ans), étudiante en théologie, a reconnu l’accusation d’incendie criminel, affirmant que l’incendie était une protestation contre le soutien américain à la dictature de Chun Doo-hwan , en particulier la répression du soulèvement de Gwangju . Les autres accusés comprenaient le journaliste Kim Hyong Jang (32 ans) et le révérend Choi Ki Shik (39 ans), chef du centre d’éducation catholique de Wonju , accusé d’avoir hébergé les assaillants. [2] En août de 1982 Kim Hyong Jang et Moon Pu Shik ont ​​été condamnés à mort pour l’incendie criminel, tandis que l’épouse de Moon Kim Un Suk (24) et Lee Mi Ok (21), ont été condamnés à la prison à vie. [1]À la suite de supplications des États – Unis et les protestations des groupes catholiques et protestants, Kim et les condamnations à mort de la Lune ont été commuée en réclusion à perpétuité en Mars 1983. [3] Leurs peines ont été réduites à 20 ans en 1988. [4] [5] Lune Pu Shik a été libéré de prison en 1988 après avoir purgé 6 ans et 9 mois de prison.

L’ancien bâtiment USIS abrite aujourd’hui le musée d’histoire moderne de Busan .

Voir aussi

  • Le massacre de Gwangju
  • Incident d’autoroute de Yangju
  • Le sentiment anti-américain en Corée
  • Anti-américanisme
  • Le socialisme en Corée du Sud

Références

  1. ^ Aller jusqu’à:un b “2 condamné à mort dans un cas d’incendie coréen” . New York Times. 11 août 1982 . Récupéré le 11 mai 2017 .
  2. Aller^ ^ “Procès politique en cours en Corée” . New York Times. 15 juin 1982 . Récupéré le 14 mai 2017 .
  3. Jump up^ “Chun pièces de rechange 2 condamné dans un cas d’incendie criminel coréen” . New York Times. 18 mars 1983 . Récupéré le 14 mai 2017 .
  4. Jump up^ Liberté d’expression en République de Corée . Human Rights Watch. 1988. pp. 78-9. ISBN  9780929692029 .
  5. Jump up^ “Séoul déclare une amnistie mais pas pour tout le monde” . New York Times. 27 février 1988 . Récupéré le 14 mai 2017 .

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *