Commune (socialisme)



La commune est un modèle de gouvernement généralement préconisé par les communistes , les socialistes révolutionnaires et les anarchistes . Le modèle est souvent caractérisé comme étant une organisation locale et transparente composée de délégués liés par des mandats. Ces délégués seraient rappelables à tout moment de leur poste. Les partisans considèrent le droit de révocation comme une protection particulièrement importante contre la corruption et l’absence de réaction des représentants.

Introduction

Presque universellement, les socialistes, les communistes et les anarchistes ont vu la Commune comme un modèle pour la société libérée qui viendra après que les masses seront libérées du capitalisme, une société basée sur la démocratie participative à partir de la base.

Marx et Engels , Bakounine , et plus tard Lénine et Trotsky ont tiré des leçons théoriques majeures (notamment en ce qui concerne la «dictature du prolétariat» et le « dépérissement de l’État ») de l’expérience limitée de la Commune de Paris .

Néanmoins, ces mêmes avocats ont fourni des critiques de la commune. Marx trouvait exaspérant que les communards réunissent toutes leurs ressources pour organiser au préalable des élections démocratiques plutôt que de rassembler leurs forces et d’attaquer Versailles en temps opportun. Beaucoup de marxistes, sur la base de leur interprétation de la preuve historique et sur les écrits de Marx sur le sujet, croient que les communards étaient trop «doux» sur les éléments non prolétariens au milieu d’eux. [la citation nécessaire ]

Mais l’idée de la commune en tant qu’organisation sociale libertaire a persisté dans la théorie révolutionnaire. Kropotkine a critiqué la démocratie représentative moderne comme étant simplement un instrument pour la classe dirigeante, et a soutenu qu’une nouvelle société devrait être organisée sur des principes entièrement différents qui impliqueraient chaque individu plus directement. [1] Il traite l’ Etat-nation comme une organisation territoriale capitaliste qui s’impose à de nombreuses communautés à travers le spectacle de la participation que les élections fournissent de manière trompeuse. D’un autre côté, les communes devraient doter les communautés d’une autonomie vis-à-vis des puissances extérieures et offrir à chaque personne en leur sein un rôle dans les processus décisionnels, à travers des assemblées communales et des délégués facilement révocables.

Dans le marxisme

Karl Marx , dans son importante brochure La guerre civile en France (1871), écrite pendant la Commune, préconisait les réalisations de la Commune et la décrivait comme le prototype d’un gouvernement révolutionnaire de l’avenir, «la forme enfin découverte» pour l’émancipation. du prolétariat.

Ainsi, dans la théorie marxiste , la commune est une forme d’organisation politique adoptée au cours de la première phase (ou plus basse) du communisme , le socialisme. Les communes sont proposées comme la contrepartie prolétarienne des formes politiques bourgeoises telles que les parlements . Dans sa brochure, Marx explique le but et la fonction de la commune pendant la période qu’il a appelée la dictature du prolétariat : [2]

La Commune devait être à la fois un organe de travail, pas un organe parlementaire, exécutif et législatif … Au lieu de décider une fois dans trois ou six ans quel membre de la classe dirigeante devait représenter et réprimer le peuple au parlement, le suffrage universel devait servir le peuple constitué en communes, car le suffrage individuel sert à tous les autres employeurs dans la recherche de travailleurs, de contremaîtres et de comptables pour ses affaires.

Marx a basé ces idées sur l’exemple de la Commune de Paris , qu’il a décrit dans la guerre civile en France : [2]

La Commune était formée des conseillers municipaux, élus au suffrage universel dans les diverses paroisses de la ville, responsables et révocables à tout moment. La majorité de ses membres étaient naturellement des ouvriers ou des représentants reconnus de la classe ouvrière … La police, jusque-là instrument du gouvernement, fut dépouillée de ses attributs politiques et transformée en responsable, et en tout temps révocable, agent de la Commune. De même que les fonctionnaires de toutes les autres branches de l’administration. Des membres de la Commune vers le bas, le service public devait être fait au salaire des ouvriers. Les privilèges et les indemnités de représentation des hauts dignitaires de l’Etat ont disparu avec les hauts dignitaires eux-mêmes … Après s’être débarrassés de l’armée permanente et de la police,

En plus de la gouvernance locale, les communes devaient jouer un rôle central dans le gouvernement national: [2]

Dans un bref aperçu de l’organisation nationale que la Commune n’a pas eu le temps de développer, elle déclare explicitement que la Commune devait être la forme politique même du plus petit village … Les communes devaient élire la «Délégation nationale» à Paris. Les fonctions rares mais importantes qui resteraient encore à remplir pour un gouvernement central ne devaient pas être supprimées, comme cela avait été délibérément mal défini, mais devaient être transférées à des fonctionnaires communaux, c’est-à-dire strictement responsables. L’unité nationale ne devait pas être brisée, mais, au contraire, organisée par la constitution communale; il devait devenir une réalité par la destruction du pouvoir d’État qui se posait comme l’incarnation de cette unité, mais qui voulait être indépendant de la nation et supérieure à celle-ci, sur le corps duquel elle n’était qu’une excroissance parasite.

Le catéchisme révolutionnaire de Bakounine

Bakunin a finalement divergé brusquement à la fois personnellement et idéologiquement de Marx et une telle divergence est évidente dans sa pensée. Bakounine n’a jamais prôné une dictature du prolétariat, mais plutôt un collectivisme basé sur les communes et les associations de travailleurs des coopératives qui se sont alliées dans une fédération décentralisée et apatride. Dans son catéchisme révolutionnaire, il énonce les principes sur lesquels il devrait fonder une société anarchiste libre. Cela comprenait l’organisation politique de la société en communes: [3]

K. L’unité de base de toute organisation politique dans chaque pays doit être la commune complètement autonome, constituée par le vote majoritaire de tous les adultes des deux sexes. Personne n’aura le pouvoir ou le droit d’intervenir dans la vie interne de la commune. La commune élit tous les fonctionnaires, les législateurs et les juges. Il administre la propriété communale et les finances. Chaque commune devrait avoir le droit incontestable de créer, sans sanction supérieure, sa propre constitution et législation. Mais pour devenir partie intégrante de la fédération provinciale, la commune doit conformer sa propre charte aux principes fondamentaux de la constitution provinciale et être acceptée par le parlement de la province. La commune doit également accepter les jugements du tribunal provincial et toute mesure ordonnée par le gouvernement de la province. (Toutes les mesures du gouvernement provincial doivent être ratifiées par le parlement provincial.) Les communes refusant d’accepter les lois provinciales n’auront pas droit à ses avantages.

La commune autonome est en outre basée sur la liberté complète de l’individu et dédiée à sa réalisation. La commune anarchiste de Bakounine n’est pas organisée en une dictature du prolétariat mais en une fédération lâche, mais cohérente, qui tente d’atteindre les objectifs de la classe activement révolutionnaire dans son ensemble.

La fonction des mini-communes

Les mini-communes et les squats existent partout dans le monde, mais ne constituent qu’un modèle marginal d’organisation sociale par rapport à la société dans son ensemble. Cependant, beaucoup d’entre eux fournissent un exemple conscient de la manière dont une société socialiste fonctionnerait, ne serait-ce que sur un plan microsociologique. En l’état, les mini-communes socialistes sont, avec les associations de travailleurs , les germes du développement de communes communistes massives et socialement complexes. [4]

Mouvements politiques contemporains organisés autour de l’idée de la commune

  • Zone à défendre
  • Abahlali baseMjondolo
  • Mouvement des travailleurs sans-abri
  • Mouvement des travailleurs sans terre
  • Occuper Oakland
  • Armée zapatiste de libération nationale
  • Union des communautés du Kurdistan

Voir aussi

  • Commune
  • Conseil des travailleurs
  • Le municipalisme libertaire
  • La démocratie soviétique
  • Anarchisme

Références

  1. Aller↑ Brochettes révolutionnaires de Kropotkine(1970), Dover Publications.
  2. ^ Aller à:c Marx et Engels, La guerre civile en France
  3. Aller^ ^ “Catéchisme révolutionnaire” . Récupéré le 7 mars 2013 .
  4. Jump up^ Shantz, Jeff (2010)Anarchie constructive: Construire des infrastructures de résistance

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *